Evolution des paradigmes

Dans de nombreux domaines des modèles explicatifs (des paradigmes) sont définis pour donner sens aux phénomènes observés. Ces modèles sont appliqués de plus en plus largement et progressivement on se rend compte que les modèles présentent des lacunes. De là découle une insatisfaction et des tensions naissent entre les défenseurs du paradigme en place et les voix qui s’élèvent pour dénoncer les faiblesses du paradigme. C’est en général à ce moment qu’une personne, dont le regard n’est pas encore déformé par le paradigme en cours, débarque. Il voit ce que les autres ne voient pas ou ne voient plus et propose un nouveau paradigme qui répond aux questions restées sans réponse. C’est le point de départ d’une révolution scientifique. (voir bibliographie, Thomas Kuhn)
On peut appliquer ce raisonnement à la PNL qui est née du regard innovateur et anticonformiste de ses deux co-créateurs. Ensuite des modèles et techniques d’intervention ont été développés pour répondre aux « résistances » qui rendaient les techniques antérieures inefficaces. Les modèles ont gagné en complexité pour n’avoir pas orienté le débat sur les questions-clés. En coulant dans l’acier de ses certitudes les modèles dits ‘classiques’, la communauté PNL s’enlise dans un conformisme qui la raidit. Les techniques et modèles de base sont réifiées et les praticiens PNL voient des croyances, des stratégies, des sous-modalités partout, de la même manière que les adaptes des théories de Freud perçoivent l’expérience de leurs patient en terme de libido, de refoulement ou d’Œdipe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *